Home > actualites > Vital Kamerhe se défend de « tout acte répréhensible »

Vital Kamerhe, chef de cabinet du président congolais Felix Tshisekedi a comparu devant le tribunal lundi pour des soupçons de détournement.

Vêtu de l’uniforme bleu et jaune des prisonniers, chapelet autour du cou, barbe blanche abondante, Vital Kamerhe a comparu dans une audience publique à Kinshasa avec deux autres coaccusés, constate Gaius Kowene de la BBC.

Tous sont soupçonnés de détournements de fonds publics à grande échelle.

Ils ont nié tout acte répréhensible tout comme Vital Kamerhe chargé de piloter le projet du programme des cent jours de pouvoir du président felix Tshisekedi.

Lire aussi
Vital Kamerhe devant la justice ce lundi en RDC
Pourquoi Vital Kamerhe est en prison en RDC?
Tshisekedi et Kamerhe se retirent de l’accord de Genève
« Je ne touche pas l’argent, je ne fais pas le transfert pour Jeannot. Chacun fait son travail. Et moi, c’est le cahier de charge que je regarde. Je ne dis pas que je suis superviseur. Nous étions une équipe de supervision neuf au total. En plus il y avait la coordination », s’est défendu Vital Kamhere.

Il supervisait un vaste programme d’infrastructures pour marquer les cent premiers jours au pouvoir du président congolais.

Il y a l’homme d’affaires libanais Jammal Samih présente à cette première audience comme commerçant et Jeannot Muhima, charge du service import-export à la présidence congolaise.

Le libanais était censé livrer quatre mille cinq cents maisons préfabriquées – que le troisième accusé expédierait ensuite de la Turquie pour la RDC.

D’ici 48 heures, le tribunal devra se prononcer sur la demande des accusés d’une liberté provisoire.

La lutte contre la corruption était l’une des principales promesses de campagne du président Thsiskedi

Le procès se poursuivra dans deux semaines